Trop dormir est dangereux

Un manque de sommeil nuit à la santé, on le sait déjà. Mais saviez-vous que dormir trop est tout aussi dangereux ? Des scientifiques ont publié les résultats de leurs recherches et les grasses matinées successives exposent à des risques d’AVC, de diabète ou même de réduire l’espérance de vie.

Un excès de sommeil augmente le risque d’AVC

Souvent, après des nuits d’insomnie, on pense mériter de looooooooooongues grosses matinées ! Erreur fatale, car le rapport santé dormir est plus complexe. Des chercheurs de l’hôpital de Mount Sinai à New York ont étudié 204 000 Américains dont la pression sanguine était au dessus de la normale. Sur 10 ans d’analyses, les médecins ont pu découvrir que le risque d’AVC – accident vasculaire cérébral – est de 14 % chez les gros dormeurs. Ces derniers dorment plus de 8 heures par nuit. Des chercheurs à Cambridge ont révélé des chiffres plus alarmants, soit de 46 % de risque. D’autre part, ce taux est de 11 % chez ceux qui dorment moins de 5 heures par nuit. Il est donc évident qu’un rythme de sommeil « normal » reste le meilleur moyen de garder une bonne santé. Il faut dormir entre 7 et 8 heures, pas plus, ni moins, au risque d’avoir des maladies cardiovasculaires. Celles-ci ont d’autres causes pouvant diverger d’un individu à l’autre.

Un excès de sommeil expose à différentes maladies

Les maladies cardio-vasculaires ne sont que des aperçus des risques auxquels sont exposés les gros dormeurs. Ces derniers peuvent souffrir d’autres maux, selon les études menées à Harvard. Les problèmes de mémoire et même la dépression peuvent être des résultats de longues nuits de sommeil. Par ailleurs, de pathologiques chroniques comme l’obésité ou le diabète peuvent être des conséquences directes d’un sommeil au-delà de la durée recommandée. Au Québec, les scientifiques ont observé le rapport entre le sommeil et l’intolérance au glucose. Les gros dormeurs peuvent développer aussi un diabète de type 2.

Chez les femmes, la chance de tomber enceinte est réduite chez les grosses dormeuses. Cette fois, ce sont les chercheurs en Corée du Sud qui le disent. Ils ont fait des observations sur des femmes en protocole de fécondation in vitro. Le lien santé/dormir et la fertilité est ainsi très proche, selon cette étude. La chance est optimisée de 25 % chez celles ayant un rythme de sommeil dit normal, c’est-à-dire entre 7 et 8 heures par nuit.

Un excès de sommeil rapproche de la mort

Un proverbe malgache dit que « dormir, c’est s’entraîner à la mort » et c’est peut-être vrai. C’est en Australie que les études ont été menées, à la Sax Institute. Des chercheurs ont pu suggérer que dormir trop longtemps a un impact sur l’espérance de vie. D’autre part, en Angleterre, c’est un scientifique de l’université de Warwick qui évoque le danger de l’excès de sommeil. Il a démontré dans ses recherches que les gros dormeurs ont un risque de taux de mortalité à 30 %.

L’excès de sommeil s’associe aux autres mauvaises habitudes

Il est important de préciser que l’excès de sommeil n’est pas le SEUL facteur ayant un impact sur la santé en général. En effet, si trop dormir expose à des risques, les mauvaises habitudes ne font rien pour arranger la situation. Le rapport santé/dormir est ainsi en correspondance avec le mode de vie de l’individu. Tabagisme, mauvaise alimentation, consommation d’alcool, mauvaise hygiène de vie sont autant de dangers pouvant exposer à des maladies cardiovasculaires, au diabète, à la stérilité ou encore à la mort. Une bonne santé repose ainsi sur différents éléments qui constituent votre quotidien, à vous de trouver le bon équilibre !

 

Partagez sur vos réseaux sociauxShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Commenter ou poser une question

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.