Quelle activité cérébrale la nuit quand on dort ?

Même lorsque nous dormons, le cerveau continue de fonctionner. Sans que nous n’en ayons conscience, le sommeil est le moment d’une activité d’intensité variable très bénéfique pour tout l’organisme.

Les cycles de sommeil

D’après les observations scientifiques, on peut diviser une nuit de sommeil en 4 ou 5 cycles. Chaque cycle dure en moyenne 2 heures. Un cycle contient une phase de sommeil lent qui est le passage graduel de la veille légère au sommeil profond, et une autre phase de sommeil appelée « paradoxale », le moment de tous les rêves incompréhensibles. La présence de ces cycles explique pourquoi en cas de réveil, on retrouve difficilement le sommeil avant 1 heure 30 ou 2 heures. C’est aussi la raison pour laquelle il faut profiter des signes d’endormissement pour aller au lit, au risque de ne trouver le sommeil que deux bonnes heures plus tard.

Le sommeil lent

Au début du sommeil, le corps semble être dans un état passif. La respiration se fait plus tranquillement. Dans le cerveau, des circuits fonctionnent de façon coordonnée. Les ondes cérébrales peuvent être observées au cours d’un électroencéphalogramme et peuvent être mesurées. La première heure de sommeil est appelée « sommeil à ondes lentes ». Durant cette partie du sommeil, le cerveau est au ralenti mais les muscles restent toniques. L’activité cardiaque est très lente, d’où une baisse de la pression artérielle. La température du corps diminue. Cette phase sert à régénérer le corps, en particulier le système immunitaire. Elle dure environ une heure et se décompose en 4 parties : l’endormissement, le sommeil léger, le sommeil profond, le sommeil lent très profond qui est une transition vers la phase suivante.

Le sommeil paradoxal

A la fin de la phase de sommeil lent, le cerveau devient plus actif. Les enregistrements électriques des activités cérébrales dénotent la présence d’ondes plus rapides. Les muscles du corps sont comme paralysés alors que le cerveau enregistre une activité plus forte, identique à celle de l’état de veille. Le cœur bat plus vite et la respiration est plus irrégulière. C’est l’heure des rêves mystérieux, compliqués  et difficiles à se remémorer. Les yeux bougent rapidement au cours de cette phase, d’où l’appellation « REM ou Rapid Eye Movements ». De durées variables, les phases de sommeil paradoxal occupent en tout un cinquième de la durée totale du sommeil nocturne.

Huit heures pour la régénération

Chaque moment du sommeil est nécessaire car le cerveau ne dort jamais. Au coucher, le corps est au ralenti et c’est à ce moment que les autres organes se régénèrent. Le cerveau permet le déclenchement d’un lot de processus physiologiques qui réparent les dommages subis par les cellules au cours de l’activité de la journée. Pendant les phases de sommeil paradoxal, le corps rétablit le bien être émotif et psychique, recouvre ses fonctions de mémorisation et évacue le stress. Durant cette période, le cerveau utilise autant d’énergie qu’il utilise en état de veille au cours de la journée.

Partagez sur vos réseaux sociauxShare on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Commenter ou poser une question

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.