Pourquoi fait-on des cauchemars ?

Adulte, faire un cauchemar est plus fréquent qu’on ne le pense. Il est important de comprendre ce mécanisme et de découvrir l’origine.

 

Mécanisme des cauchemars

Même endormi, le cerveau ne se repose pas pour autant. Et le rêve qui est considéré comme une activité cognitive se produit pendant le sommeil. Selon les experts en pathologie du sommeil, deux tiers des rêves seraient négatifs. Néanmoins, cela ne doit pas vous inquiéter. Faire des cauchemars est un phénomène normal. Ils aident à digérer les émotions négatives.

Les cauchemars surviennent durant la phase de sommeil paradoxal. Ils sont issus de l’inconscient. Ce type de rêve est habituellement long, angoissant et embrouillé. Le scénario varie, mais souvent on est poursuivi, attaqué ou se fait ridiculisé en public.

Le réveil est éprouvant. On se réveille en sursaut, le corps qui bat à cent à l’heure et avec une sensation d’angoisse intense. Il arrive que l’on ne se réveille pas, mais au matin, on ressent l’inconfort et on a des bribes de notre cauchemar.

Pourquoi fait-on des cauchemars ?

Selon les médecins, faire un cauchemar fait partie de l’une des fonctions du sommeil. Le cerveau reprend les évènements du quotidien et les retravaille pour nous aider à digérer nos émotions. Autrement dit, durant notre sommeil, le cerveau crée les pires scénarios pour nous aider à affronter la réalité. Durant ce processus complexe, le subconscient associe des choses qui n’ont aucun lien entre elles pour les digérer.

Il est important de différencier le cauchemar et le mauvais rêve. Un cauchemar nous réveille la nuit ce qui traduit que le processus de digestion a échoué. L’émotion est tellement forte qu’elle n’est pas digérée.

À quoi sont dus les cauchemars récurrents ?

Si un cauchemar revient chaque nuit, cela indique un problème qui doit être résolu. Ce type de rêve revient et survient généralement suite à une agression, un traumatisme ou un stress aigu. Il caractérise un stress post-traumatique. En revanche, un cauchemar récurrent peut se traduire par un conflit entre deux personnes.

Si vous souffrez de cauchemars récurrents, vous pouvez recourir à la thérapie EMDR http://www.emdr-france.org/web/quest-therapie-emdr/. Elle est basée sur désensibilisation aux informations négatives par des mouvements des yeux. C’est le type de traitement utilisé suite à un stress post-traumatique.

Sinon, vous pouvez vous orienter vers la thérapie cognitive par répétition d’images mentales. Elle consiste à reprendre le scénario habituel, mais à en changer le cours dès que cela dérape. Vous imaginez alors une fin positive que vous devez visualiser et répéter deux fois par jour pour l’imprégner dans votre subconscient. À force de répétition, le cerveau emprunte un autre chemin et le cauchemar disparaît. Pour une efficacité optimale, il faut prévoir quatre séances.

En dernier recours, si les cauchemars persistent, le médecin peut vous prescrire des médicaments.

Que faire quand le sommeil est troublé à cause des cauchemars ?

Chez certaines personnes âgées de 18 à 30 ans, les terreurs nocturnes peuvent s’accompagner de cris et de hurlements à cause d’un danger imminent : un plafond qui s’effondre, des bêtes qui vous attaquent, etc. L’hypnose convient davantage pour en venir à bout.

Si les terreurs nocturnes surviennent chez les seniors (plus de 65 ans), ils peuvent se traduire par des gestes violents ou entrainer la chute du lit. Dans ce cas, les spécialistes du sommeil préconisent de les prendre en charge rapidement, car ces cauchemars peuvent se développer en démence ou en maladie de Parkinson dans les 5 ans.

Entre 30 et 65 ans, les cauchemars agités sont rares. Ils sont causés par un manque de sommeil ou par le stress, particulièrement chez les jeunes mamans. Dans tous les cas, la prise de médicaments contenant de la dopamine ou des antidépresseurs est envisageable pour les bloquer.

 

Partagez sur vos réseaux sociauxShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Commenter ou poser une question

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.