Qu’est-ce que le décubitus ?

Essayez gratuitement le meilleur matelas du monde

L’expression semble barbare et nous ramène à une époque lointaine où la science était réservée à quelques érudits. Decubitus nous vient du latin « decubitum » et signifie être couché. Aujourd’hui, son sens reste le même mais son utilisation est plus variée.

Décubitus: une définition simple

Le décubitus signifie tout simplement une position horizontale du corps. Lorsque les pieds s’alignent avec le reste du corps, donc de façon allongée, on dit que c’est un décubitus. Le terme est utilisé dans de nombreux examens médicaux nécessitant cette position. On parle alors de décubitus dorsal, de décubitus latéral ou encore de décubitus ventral. Le décubitus dorsal désigne la position allongée sur le dos : l’arrière de la tête, une partie de la colonne vertébrale, le bassin et les mollets touchent le plan. A l’inverse, dans le décubitus ventral, le corps repose sur la face, le thorax, l’abdomen, les cuisses et les jambes. Lorsqu’on est en position de décubitus latéral, c’est qu’on est allongé sur le côté. En décubitus latéral droit, la partie droite du corps touche le plan. C’est donc l’inverse pour le décubitus latéral gauche.

L’intérêt de connaitre le décubitus

Les cours de premiers soins font appel à la position latérale de sécurité à appliquer sur une personne qui vient de perdre connaissance. Il s’agit de l’allonger sur le côté pour qu’elle puisse mieux respirer avec les jambes légèrement pliées. Il s’agit là d’un décubitus latéral. En effet, cela dégage l’épiglotte dans la gorge et laisse passer l’air vers les poumons. Habituellement, on recommande aussi à la femme enceinte de s’allonger en décubitus latéral gauche – donc sur le côté gauche du corps – pour que son utérus n’écrase pas la veine cave inférieure, le gros vaisseau qui ramène du sang vers le cœur. Un autre exemple : il est enseigné de mettre une personne brûlée du dos à plat-ventre. Dans certains livres, les auteurs préfèrent parler de décubitus ventral, également appelé « procubitus ». Cette démarche sert à laisser la plaie à l’air libre pour que le processus de cicatrisation ne soit pas gêné.

Les extensions du décubitus

Si le terme faisait allusion à une station horizontale, il existe deux autres sortes de décubitus. Ici, la personne reste allongée mais c’est le plan où il se couche qui est incliné. Ce sont le décubitus déclive et le décubitus proclive. La première sorte est également appelée « position de Trendelenburg » dans l’univers médial. Elle a été expérimentée au cours de la Première Guerre Mondiale, alors qu’on essayait de sauver les blessés qui ont trop perdu de sang. Dans cette position, la tête est placée plus bas que les membres. Cela favorise alors la circulation du sang dans le cerveau. Elle est aussi très prisée en kinésithérapie sur les encombrements des bronches des enfants qui toussent. La deuxième sorte, le décubitus proclive, est tout simplement l’inverse puisque c’est la tête qui sera plus haut placée. Elle est pratiquée de façon à diminuer la pression de sang dans le cerveau, comme au cours d’un œdème cérébral ou pour aider à libérer les poumons de la pression du diaphragme.

Essayez gratuitement le meilleur matelas du monde

Partagez sur vos réseaux sociauxShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Commenter ou poser une question